Vous êtes ici : Accueil > Disciplines > Histoire-Géographie et Education Morale et Civique > Le point sur la rentrée de septembre 2011 en Histoire - Géographie - (...)
Publié : 4 septembre 2011

Le point sur la rentrée de septembre 2011 en Histoire - Géographie - Education Civique.

Quelques rappels, quelques principes de fonctionnement, quelques grandes directions...

L’objectif de cet article n’est pas de donner le détail de ce qui sera fait dans les cours, mais d’informer, de préciser les orientations actuelles et les points essentiels aux yeux des enseignants.

1. Un aspect très concret : les fournitures demandées en Hist-Géo-Ed Civique.

Nous rappelons que nous demandons à chaque élève de disposer de 3 cahiers "très grand format ", c’est à dire 24 cm sur 32 cm, qu’il doit apporter pour la 1ère heure de cours d’hist-géo.
(Attention, pas de cahier 21 cm sur 29,7 cm, c’est trop petit pour coller les feuilles de travail sans avoir à les plier ou les découper ! )
L’élève doit toujours avoir son cahier lors du cours !

L’élève doit disposer d’une pochette, simple, de crayons de couleurs (6-8 crayons peuvent suffire).

Enfin, pour les devoirs, il doit être muni de feuilles de copie, doubles, grand format, grands carreaux. Les devoirs font partie intégrante du cours, ils doivent être classés dans le cahier.

Les livres sont prêtés par le collège pour l’année scolaire, ils doivent être couverts, l’élève a la responsabilité d’en prendre soin !
La gestion du livre (L’apporter à chaque cours, ou pas, est à voir avec chaque enseignant).

2. Ce qui est attendu de l’élève...

- C’est à affiner avec chaque enseignant, mais globalement, l’histoire-géographie est une matière à lecon ! L’élève doit mémoriser un certain nombre de connaissances. Il devra apprendre ensuite à les utiliser, à les mobiliser à bon escient.
Cela suppose donc un apprentissage régulier : il y a quasiment toujours une leçon à apprendre après une heure de cours, et pour le cours suivant !
S’il n’y a pas un résumé en bonne et due forme, il y a forcément un document de travail à relire, des mots de vocabulaire à connaître.

L’idéal est que l’élève puisse tester sa connaissance de la leçon auprès d’un parent, d’un grand frère, d’une grand mère ou de toute autre personne.
Il peut aussi s’entraîner, seul : à "raconter" la leçon : être capable de raconter et expliquer ce qui a été vu ; être capable de répondre à des questions précises sur la leçon : dates, chiffres, personnages, définitions ; être capable de localiser sur une carte. Il peut essayer de deviner les questions qui peuvent être posées par le professeur et s’exercer à y répondre.

- La plupart du temps, l’élève a un petit travail écrit à accomplir : questions simples sur un document, recherche simple, fond de carte à compléter ou à colorier...
L’ordre logique est d’apprendre d’abord la leçon, puis de faire l’exercice, et non l’inverse !
Globalement, attention au soin, à l’écriture, et à faire des phrases complètes et rédigées !

- Le cahier doit être bien tenu : il est le compagnon de route de l’élève pendant toute l’année scolaire, et au delà... (Des connaissances de chaque année scolaire sont exigibles au Diplôme National du Brevet, DNB, dit "brevet des collèges").
Souligner, encadrer, coller, classer , fait partie du travail quotidien de l’élève.
Aider son enfant est d’abord l’aider à gérer son cahier.

L’élève doit penser à optimiser son temps de présence au collège, lors des heures de permanence éventuelles : revoir le cahier, commencer à apprendre la leçon, réviser la leçon, commencer son travail...
La permanence est un lieu de travail , et non de détente.

3. Plus globalement, quels sont les objectifs d’ensemble ?

- Acquérir ou approfondir les connaissances.
Au professeur d’aider l’élève à discerner ce qui est fondamental et ce qui l’est moins. Par exemple, les "repères chronologiques et spatiaux" à connaître pour le DNB sont la base minimale ! (Voir les documents joints).

- Acquérir ou approfondir des savoir-faire : savoir-faire indispensables à l’histoire-géographie ou transdisciplinaires, savoir-faire qui permettent à l’élève d’utiliser activement ses connaissances, de les mobiliser en classe ou hors de la classe.

- Assurer un savoir-être compatible avec la vie sociale et civique. Comme d’autres matières, l’histoire-géo-éducation civique se prête particulièrement à la réflexion sur les règles de vie commune.
L’enseignant a une mission d’éducation, au sein du ministère de "l’Education Nationale".
Par ailleurs, la matière comporte un fort volet "Citoyenneté", l’élève étant un citoyen mineur, un citoyen en devenir, appelé à devenir un citoyen à part entière une fois majeur. La dimension citoyenne est présente à chaque niveau du collège, dans le programme d’éducation civique, mais aussi d’histoire et de géographie.
En 3ème, l’élève est sensibilisé à la Défense Nationale, en avant première de la Journée Citoyenne (Ex-JAPD).

4. Le cadre général :

- Ces 3 dimensions sont présentes dans les compétences travaillées dans le cadre du "Socle commun de compétences", qui est une autre manière que les notes d’évaluer le travail et l’attitude de l’élève.

- Les programmes d’hist-géo-EC sont en cours de changement : les nouveaux programmes sont désormais appliqués en 6ème et 5ème, ils le sont pour la 1ère fois en 4ème cette année. Ils le seront l’an prochain en 3ème : les élèves de 3ème travaillent donc encore dans le cadre des anciens programmes. D’où 2 listes de repères pour le DNB : l’ancienne et la nouvelle. (Attention, les repères sont à acquérir depuis la 6ème, et non à ingurgiter pendant la seule année de 3ème ! Les repères en italique ont dû être vus à l’école primaire. )

- L’histoire-géo-education civique est partie prenante de l’enseignement d’Histoire des Arts (dit "HIDA", ou "HDA") . L’HIDA n’est pas une nouvelle matière, mais une nouvelle approche de l’étude des arts. Concrètement, l’étude d’une oeuvre (tableau, monument, chanson, caricature, objet ...) étudiée dans une approche HIDA sera davantage approfondie. Les objectifs restent d’acquérir des connaissances, mais aussi de développer la curiosité et la sensibilité de l’élève.
La mise en oeuvre de l’HIDA laisse une grande liberté aux enseignants, dans le cadre de thèmes très généraux, mais en rapport avec la chronologie du programme d’histoire.
L’idée est aussi de travailler en concertation plus ou moins approfondie avec les autres matières.
L’HIDA est évaluée en 3ème par un oral interne à l’établissement, dont la note est prise en compte pour le DNB, coefficient 2.

Portfolio automatique :

Documents joints

Post-scriptum

Ces informations seront complétées par chacun des enseignants lors des cours, ou par des articles ultérieurs . Aux élèves de poser des questions sur ce qui ne semblerait pas clair ! Ou aux parents lors des réunions parents-professeurs, ou avant !

L’élève ne doit pas se décourager devant ce qui peut sembler une avalanche d’exigences : il doit faire preuve de bonne volonté et s’efforcer de respecter les consignes. La mission des professeurs est bien sûr de l’aider à progresser, quel que soit son niveau de départ !