Vous êtes ici : Accueil > Disciplines > Français > Productions des élèves > Ecriture de la suite d’un conte en groupe
Publié : 1er mai 2016

Ecriture de la suite d’un conte en groupe


Les élèves de la classe de 6ème2 et leurs camarades du CM2 (écoles de Charot et Bourgneuf, accompagnés de Mme Mazedier) ont pu découvrir la culture des gens du voyage ainsi que le début d’un conte gitan. Ils ont alors proposé une suite et une fin à cette nouvelle. Nous vous proposons de les découvrir...



Groupe 1 :
  Quand Manolo et son père furent rentrés dans la grange, ils virent El Fuego enfermé dans une écurie attaché à des cordes. Ils s’en approchèrent et l’ouvrirent. Le père de Manolo coupa les cordes auxquelles El Fueguo était attaché. Les gardians entendirent les bruits du cheval. Le père de Manolo dit à son fils de partir avec l’étalon pendant que, lui, essaierait de résister aux gardians. El Fuego s’enfuit tout comme Manolo qui revint chez lui sans son père.
  Le lendemain, les gardians partirent à la recherche du cheval pendant que Manolo revenait dans la grange. C’est alors qu’il vit son père grièvement blessé. Ils sortirent de la grange puis la brûlèrent avec leur briquet. Ils rentrèrent chez eux et se réjouirent d’avoir rendu à El Fuego sa liberté. Plus tard, l’étalon revint vers Manolo et devint son cheval.
Charbel, Jésica, Evan, Mélanie, Joris


Groupe 2 :
  Manolo et son père coupent les cordes auxquelles était attaché El Fuego avec la serpette. Pour que les gardians ne remarquent pas qu’ils le délivrent, ils mettent le feu grâce au briquet à l’opposé de la grange. Quand ils ouvrirent la porte de la grange où El Fuego avait été détaché, ce dernier s’enfuit pour rejoindre les autres chevaux.
  Les gardians ont vu Manolo et son père quitter la grange. Les gardians les ont rattrapés puis leur ont demandé pourquoi ils étaient là. Manolo et son père ont tout expliqué, ils leur ont parlé longuement et leur ont expliqué que les chevaux comme El Fuego devaient être libres. Les gardians ont réfléchi et ont décidé de le laisser tranquille. Manolo continua de voir El Fuego galoper sur la plage. Un jour Manolo voulut approcher El Fuego. Le cheval avança et Manolo tendit sa main et le caressa. El Fuego accepta Manolo car il l’avait sauvé.
Wilfrid, Lise, Emilia, Isaïe, Anaïgue, Glorya.


Groupe 3 :
  Le père et le fils se lancèrent un regard :
"Manolo, passe la serpette que je détruise la serrure !"
  Crac ! Le père prit le cheval par la tête, grâce à la corde.
  Il le retira de son boxe. Pour effacer leurs traces, Manolo mit le feu à la grange. Le père prit la précaution de contourner les gardians. Ils virent le feu s’emparer de la grange, et s’empressèrent de se mettre à la recherche du cheval, El Fuego.
« Manolo, dépêche-toi les gardians arrivent !
 - Trop tard les voilà ! cria le père. Relâche El Fuego ! »
  L’étalon repartit dans la nature pour échapper aux gardians. Manolo rentra chez lui tout en restant en contact avec El Fuego.
Laura, Corentin, Sydney, Messon, Roméo, Wendy.


Groupe 4 :
  Le père de Manolo jeta une pierre sur la fenêtre de l’écurie où ils avaient enfermé El Fuego. La fenêtre se cassa dans un bruit impressionnant qui attira l’attention des gardians et des gitans.
  Pendant ce temps-là, le père de Manolo ouvrit la grille où El Fuego était enfermé. Quand les gitans et les gardians arrivèrent dans l’écurie, le cheval n’était plus là. Ils s’empressèrent de fouiller tout le village, puis ils trouvèrent les empreintes d’El Fuego dans la boue. Ils suivirent les empreintes jusqu’au refuge du père de Manolo puis un combat commença entre les gitans et le père du jeune garçon. L’homme prépara son arme et sortit de chez lui en tirant sur les gitans et les gardians : ils tombèrent tous à terre. Au même moment, Manolo et le cheval arrivèrent à s’enfuir et à retrouver leur liberté.
Théo, Mathias, Alexis, Noah, Lola, Nina


Groupe 5 :
  Manolo entra dans l’écurie avec son père. Ce dernier prit la serpette et brisa la poignée de la porte. Ils se dirigèrent vers l’animal et brûlèrent les cordes. Manolo et son père attendirent que le matin se lève puis ils partirent de l’écurie. Mais ils furent poursuivis par les gardians et les gitans. Le père de Manolo se fait attraper par les gitans mais le petit garçon et son cheval continuèrent de galoper. Or Manolo n’a pas vu que son père est tombé et s’est fait attraper par les gardians. Le garçon s’arrêta car il les avait semés mais vit au loin son père évanoui.


 Cependant Manolo était si triste qu’il alla se noyer avec El Fuego. Son père mourut de faim. Les chevaux blancs eurent leur liberté et les gardians n’avaient plus de raison de les attraper. Mais la loi des gitans est qu’il ne faut plus capturer les chevaux car un des leurs était mort.
Manon, Allan, Lucas, Enzo, et Ylona.